Publié le 14/09/2018 à 10h07. Mis à jour à 10h36 par Recueilli par Pierre Sabathié.

Pour Henri Etcheto, la politique de la majorité municipale « divise trop les Bayonnais ».

Archives Quentin Top
premium DR-Sud-Ouest

En cette rentrée, Henri Etcheto, chef de file du groupe d’opposition Bayonne Ville ouverte, porte un regard critique sur l’actualité municipale. Et se projette sur la suite.

Henri Etcheto ne s’était pas exprimé ces dernières semaines. Le chef de file de Bayonne Ville ouverte fait sa rentrée politique dans « Sud Ouest » et se montre très critique sur la politique de la majorité municipale, notamment sur le bilan des Fêtes payantes. Il se met en ordre de marche pour les prochaines municipales.

« Sud Ouest ». Vous étiez opposé au principe des fêtes payantes. Que pensez-vous de cette première édition ?

Henri Etcheto. J’ai observé une belle déclaration d’autosatisfaction de la majorité à l’issue des Fêtes, mais nous n’avons pas de chiffres consolidés à ce jour. L’impression générale, c’est que cette formule est tout sauf convaincante. On a une image de la ville assez écornée par ces Fêtes payantes. Sans compter les contraintes subies par les Bayonnais pendant cette période. Ceux qui vivent et qui travaillent dans le périmètre des fêtes n’ont pas été convaincus. Quant aux Dacquois et Montois venus voir comment ça se passait, ils n’ont pas l’air de s’empresser à adopter le principe.

Pourtant, le bilan de sécurité est meilleur que les autres années…

Ce système n’a entraîné aucune amélioration de la sécurité. C’est vrai qu’il n’y a pas eu d’incidents notables, et moins d’incidents en nombre tout simplement parce que la fréquentation était moindre. Ce n’est pas le dispositif qui a amené plus de sécurité, il suffisait d’observer comment les fouilles des sacs restaient souvent théoriques. Je pense aussi que les coûts seront supérieurs à ceux annoncés, et qu’au final, les Bayonnais ne verront pas leurs impôts baisser comme annoncé.

« La Ville doit revenir à un train de vie plus raisonnable »

Que proposez-vous pour pallier le coût des Fêtes ?

Ce qui coûte cher à Bayonne, c’est surtout la gestion de la majorité municipale et son train de vie dispendieux. Pour le compenser, elle augmente, par exemple, les tarifs de cantine avec un ticket à 5 euros pour ceux qui n’ont pas de réduction. La Ville doit revenir à un train de vie plus raisonnable comme je l’avais dit au lendemain du feu d’artifice pour la réouverture du pont Saint-Esprit. Ce sera une priorité en cas d’alternance.

Que pensez-vous de la situation dans le quartier Saint-Esprit ?

C’est un sujet difficile. Je pense avant tout qu’il faut donner plus de moyens à la police municipale. Avec les 400 000 euros de frais supplémentaires prévus sur le poste communication, on a 8 à 10 postes de policiers en plus. Mettons l’argent sur l’humain en termes de police et de prévention. Je regrette d’ailleurs que le Département se soit également retiré dans ce domaine. Je suis favorable à la mise en place de caméras à certains endroits, mais la dérive systématique de ces caméras me paraît déraisonnable. Arrêtons de diviser les Bayonnais.

Que voulez-vous dire ?

La majorité procède à une politique de tape-à-l’œil, elle liquide son patrimoine à des promoteurs et construit des projets mal ficelés comme on le voit avec L’Atalante et le musée Bonnat-Helleu. Cela va peser sur les ressources de la Ville. Les Bayonnais attendent plus de sobriété, de proximité, de sincérité aussi. La statue qui commémore le désarmement d’ETAles Fêtes payantes, l’ancien tribunal, l’Aviron Bayonnais, le personnel municipal… La majorité a beaucoup divisé ces derniers temps, il faut qu’on en sorte pour retrouver du vivre-ensemble.

Ce réquisitoire sonne-t-il le début de votre campagne pour les prochaines municipales ?

Les élections se rapprochent. Dans le groupe, on travaille à cet enjeu municipal. L’idée, c’est d’être à l’écoute des Bayonnais qui attendent beaucoup des élus, et c’est normal.

Serez-vous tête de liste de votre groupe ?

Il est encore trop tôt pour le dire. Ce qui est certain, c’est que je ne fuirai pas mes responsabilités. Il faut, collectivement, bâtir un projet qui répond aux attentes.

Bayonne Ville Ouverte

Bayonne Ville Ouverte

Le groupe Bayonne ville ouverte se compose de Henri Etcheto, Marie Picard Felices, Alain Duzert, Hervé Pallas, André Artiaga, Colette Capdevielle, Juliette Brocard.

Laisser une réponse

Retrouvez-nous

Adresse
26 place des Gascons,
64100 Bayonne

Heures d’ouverture
Du lundi au vendredi : 9h00–18h00

Contact
contact@bayonnevilleouverte.fr